Association  de DĂ©fense du Quartier  Bissardon

Mickael, le facteur du Clos Bissardon

Mickael est un personnage incontournable et très apprĂ©ciĂ© de notre quartier. L'interview a eu lieu le 19 dĂ©cembre 2019, au moment des "calendriers" . Vous y apprendrez beaucoup sur le mĂ©tier de facteur, et aussi sur les particularitĂ©s de sa tournĂ©e du Clos Bissardon ! 

 

Comment avez vous commencĂ© ? 

J'ai commencĂ© en 2006 par un CDD Ă  la poste d'Anse, puis Ă  Rillieux, oĂą j'ai vraiment dĂ©couvert le mĂ©tier de facteur, je ne m'imaginais pas cela comme ça !!! Puis Saint Germain au Mt d'Or, puis Fontaine sur SaĂ´ne. Le directeur aurait souhaitĂ© me garder, mais ne le pouvait pas, il m'a conseillĂ© de contacter la poste de Caluire, qui cherchait des facteurs. J'ai signĂ© mon CDI le 1er fĂ©vrier 2007, ensuite j'ai travaillĂ© 10 mois Ă  Caluire et presque un an et demi Ă  Collonges, (qui avait Ă©tĂ© rattachĂ© au bureau de Caluire) . Revenu Ă  Caluire, pendant 2 mois sur diffĂ©rentes tournĂ©es, j'ai appris « mon tri Â», et j'ai pu viser la tournĂ©e oĂą je suis actuellement, depuis octobre 2009. Cela fait donc 10 ans  ! 

 

Quels sont vos horaires de travail ? 

La poste souhaiterait que certains facteurs travaillent de 8h à midi, retournent au bureau pour manger, et recommencent de 12h45 à 15h20. Comme l'horaire de fin me posait problème pour m'occuper de mes enfants, j'ai pu m'arranger avec mon chef d'équipe pour commencer à 7h 30 et faire la journée continue sans m'arrêter à midi jusqu'à ce que tout mon travail soit fini ( en principe 13h30 / 13h45 ).

 

Comment s'organise votre journĂ©e de travail ?

Le tri : 

Quand j'arrive Ă  7h30 Ă  la poste Jean Moulin, les facteurs ayant commencĂ© Ă  7h ont dĂ©jĂ  fini le « tri gĂ©nĂ©ral Â». Ils ont rĂ©parti le contenu des gros sacs de courrier dans les cases des tournĂ©es correspondantes. A Caluire + Collonges il y a 32 tournĂ©es. ( en dĂ©but d'annĂ©e on passera Ă  27, avec la rĂ©organsisation ). Je prends un chariot ( il ont crĂ©Ă© ça, au niveau de l'Ă©quipement, c'est super bien ), je mets mes caisses dessus, je vais rĂ©cupĂ©rer mes cases, je les mets dans mes caisses, ensuite je vais devant mon casier ( une sorte de grande armoire avec 90 ou 100 cases ( Ă  peu près ) qui correspondent Ă  ma tournĂ©e ) et je n'en bouge plus tant que je n'ai pas fini de tout mettre en cases. Grosso modo il y a une case pour 10 ou 15 boĂ®tes aux lettres. Par exemple il y a une case pour le courrier du 15,16, 17 et 18 rue Royet. Mais il y a une case pour le numĂ©ro 12 seulement, une case pour le 13 seulement ( l'immeuble LMH) . C'est long de trier les « petits bouts de rue Â», alors que pour les grands immeubles, une seule liasse, ça va vite ! Je mets aussi de cĂ´tĂ© les courriers avec ordre de rĂ©expĂ©dition ( les personnes qui payent pour faire suivre leur courrier ) , je m'en occuperai Ă  la fin. Je reprends les courriers de chaque case, j'en fais des liasses, avec un Ă©lastique autour. Je mets les liasses dans des sacs, puis sur le chariot de la personne qui ensuite , avec une voiture de la Poste me dĂ©posera les sacs dans des « dĂ©pĂ´ts Â» rĂ©partis sur ma tournĂ©e. 

 

Pour mieux comprendre l'utilisation des dĂ©pĂ´ts :

Pour Bissardon j'ai 5 dĂ©pĂ´ts au total, mais pas besoin d'utiliser tous les dĂ©pĂ´ts tous les jours, ça dĂ©pend du volume du courrier du jour : si beaucoup de courrier, j'utilise les 5 dĂ©pĂ´ts, ( autour de NoĂ«l par exemple ) si pas beaucoup de courrier, je le garde avec moi ( en Ă©tĂ© par exemple ) et je n'utilise que 1 ou 2 dĂ©pĂ´ts .  OĂą sont ces dĂ©pĂ´ts ? Par exemple il y a un dĂ©pĂ´t au 29 rue de l'Oratoire ( grosse boĂ®te marron en bas des escaliers de la pharmacie ), un autre rue de Verdun sous la boĂ®te aux lettres ( au croisement avec la rue de l'Orangerie), un autre au 13 rue Royet ( le coffre devant les garages ) etc. Il faut que la voiture soit passĂ©e Ă  temps pour que je puisse rĂ©cupĂ©rer mon premier dĂ©pĂ´t Ă  11h. Ces dĂ©pĂ´ts sont bien sĂ»r sĂ©curisĂ©s. 

 

Pour finir : le tri des recommandĂ©s : 

A 9h30/ 10h, je vais chercher les recommandĂ©s Ă  la « cabine Â» ( recommandĂ©s et courrier sont des choses totalement diffĂ©rentes ). Je les compte, je vĂ©rifie si le compte annoncĂ© par la cabine coorrespond au mien, je les trie dans l'ordre de la tournĂ©e .

 

Ensuite je peux prendre la route.

 

La tournĂ©e : 

J'ai un scooter électrique Ligier 3 roues, j'en suis vraiment très content, je me sens en sécurité, impossible de tomber. ( avant on avait un deux roues).

 

A 9h30 je commence vers l'infirmerie protestante : chemin du Penthod, allĂ©e des Mts d'Or, ensuite les numĂ©ros impairs de l'avenue Baudrand, puis Bissardon : l'Oratoire, Verdun, les Lilas, Royet, je remonte par Bissardon, Verdun, le BelvĂ©dère, et je finis par les immeubles du 13 rue Royet.

La durĂ©e de la tournĂ©e est variable : la pĂ©riode la plus chargĂ©e est mi novembre, avec toutes les publicitĂ©s et les appels aux dons , je finis plutĂ´t vers 14h ou 14h30 que vers 13h30 ou 13h45 comme d'habitude.

 

Le retour au bureau de poste : 

Quand la tournĂ©e est finie je rentre au bureau, je rends mes comptes sur le tĂ©lĂ©phone, ça c'est aussi un super outil pour nous . A ce moment lĂ  il ne me reste plus que mes « avisĂ©s Â» : les personnes qui n'Ă©taient pas lĂ , Ă  qui je mets un avis de passage , je regarde si les comptes correspondent, je ramène tout Ă  la « cabine Â», ( ceux qui nous ont donnĂ© les recommandĂ©s le matin ) . ils vĂ©rifient et si tout est ok je peux rentrer chez moi.

 

Quelle est la rĂ©partition de votre travail dans la semaine ? 

On travaille 6 jours sur 7 : dans notre bureau on a signĂ© un accord : 2 jours de RTT toutes les 3 semaines , on connaĂ®t nos dates de RTT Ă  l'annĂ©e parce que c'est cyclique : les jours se dĂ©calent, le rythme est fixe, mais on a le droit de s'arranger Ă©ventuellement avec des collègues.

 

Depuis 2006, quelle a Ă©tĂ© l'Ă©volution de votre mĂ©tier ? 

Aujourd'hui, 90 % des petites lettres papier sont triées de façon automatique par la machine et sont déja dans les cases mais il y a beaucoup de bugs, et tout ce qui est grosses lettres, ou lettres plastifiées, ça ne passe pas, du coup le tri général reste majoritairement manuel.

 

Il y a 6 machines automatiques, qui trient les tournĂ©es de Quincieux Ă  Lyon Sud, elles sont installĂ©es Ă  St Priest. Une seule machine coĂ»te 1 milliard d'euros !!! Mais Ă  terme, c'est vraiment plus rapide que le tri manuel, donc on comprend l'investissement.

 

Il y a moins de courriers de gens qui s'écrivent et de factures, mais il y a beaucoup plus de publicités et de recommandés qu'avant, donc l'un dans l'autre ça s'équilibre. A l'horizon 2025 ils pensent que le trafic aura baissé de 50 %. Mais c'est le courrier entre entreprises qui va baisser, à cause des mails, le courrier entre particuliers reste stable.

 

Que pouvez vous dire de la tournĂ©e dans le Clos Bissardon ? 

La tournĂ©e dans le quartier me plaĂ®t bien, mais elle est usante, parfois je rentre chez moi vannĂ©. Les remplaçants me disent qu'elle est longue . Ce qui est compliquĂ©, c'est les petits immeubles, sans ascenseur, le fait que ça ne soit pas plat. Mais je ne changerais pas . Pour expliquer la spĂ©cificitĂ© : si je compare : le 13 rue Royet ( immeuble LMH) c'est facile : c'est tout plat, il faut juste Ă  aller Ă  gauche et Ă  droite. Mais si je vais au 26, ( lĂ  oĂą habitait madame Forget ) il faut que je monte les escaliers : les boĂ®tes sont en haut des marches . Et au 20, les escaliers sont dans la descente Ă  gauche . Pour le 1 rue de Bissardon, je monte 20 marches. Tout le long de la tournĂ©e c'est comme ça, mais c'est une question d'habitude.

 

Vous avez plus de clĂ©s pour Bissardon, non ? 

Oui ! Normalement on ne devrait avoir que 4 clĂ©s et 1 badge : la clĂ© qui ouvre les boĂ®tes aux lettres , la clĂ© pour les dĂ©pĂ´ts, et les 2 clĂ©s des boĂ®tes aux lettres jaunes qu'on relève ( l'ancienne pour la vieille boĂ®te aux lettres rue Royet, la nouvelle pour la nouvelle boĂ®te aux lettres rue de Verdun ). Mais en fait j'ai 6 clĂ©s en + pour le quartier Bissardon, pour accĂ©der Ă  certaines allĂ©es, il y a eu dans le temps des accords passĂ©s avec des anciens facteurs, on continue comme ça.

 

Comment font les remplaçants, ça ne doit pas ĂŞtre simple ? 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore la tournée, normalement on devrait les garder 3 jours avec nous , mais le plus souvent c'est 2 jours, parfois (mais rare ) 1 seul jour.

En fait il y a plusieurs catĂ©gories de facteurs : les « rouleurs Â» = ceux qui peuvent tourner sur toutes les tournĂ©es du bureau, parce qu'ils les connaissent bien. Les « cycleurs Â» , eux savent que tel jour ils feront telle tournĂ©e ( c'est ceux qui nous remplacent pour les RTT grosso modo), les facteurs comme moi ( chaque jour la mĂŞme tournĂ©e ), les facteurs d'Ă©quipe, les facteurs qualitĂ©. En tout il y a 30 facteurs minimum ( 1 pour chaque tournĂ©e )  + d'autres : et finalement au moins 50 personnes juste pour le courrier, tous les jours Ă  Jean Moulin. Il y a beaucoup de camions aussi. Et il y a le personnel qu'on voit quand on va au bureau de poste... c'est une ruche !

 

Aimez vous votre mĂ©tier ?

J'aime bien mon mĂ©tier Ă  partir du moment oĂą je suis dehors. J'apprĂ©cie beaucoup mes collègues, mes chefs d'Ă©quipe. J'ai des super copains, je les ai invitĂ©s Ă  mon mariage. Mais j'ai du mal avec les grands chefs (et je vous autorise Ă  l'Ă©crire) . Ils rĂ©organisent les tournĂ©es sans tenir compte de la rĂ©alitĂ© du terrain. Leur idĂ©e, c'est que toutes les tournĂ©es aient le mĂŞme nombre de boĂ®tes Ă  distribuer, mais ça ne va pas. Les plans sur la table, c'est tout plat, ça ne prend pas en compte les montĂ©es, les descentes, les difficultĂ©s. Ce n'est pas pareil d'ĂŞtre facteur sur la Promenade des Anglais, et dans un patelin des Alpes !

 

Justement, vous avez dĂ©jĂ  la difficultĂ© liĂ©e aux montĂ©es, descentes, petits immeubles du Clos Bissardon, l'augmentation du nombre de logements va t elle avoir une incidence sur votre tournĂ©e ? 

Au moment de la rĂ©union prĂ©voyant la rĂ©organisation des tournĂ©es , mon facteur d'Ă©quipe a dit au rĂ©organisateur que 210 logements supplĂ©mentaires Ă©taient prĂ©vus sur Bissardon dans les annĂ©es futures, donc finalement le rĂ©organisateur en a un peu tenu compte : ma tournĂ©e sera moins augmentĂ©e que prĂ©vu ( mais j'aurai quand mĂŞme des boĂ®tes aux lettres supplĂ©mentaires Ă  gĂ©rer ). Pour les facteurs, le fait qu'il y ait plus de logements dans un quartier, c'est plutĂ´t bien, parce que ça fait des rentrĂ©es d'argent Ă  la poste et ça maintient ou crèe des emplois ( de facteurs ) , mais je ne comprends pas qu'on construise des logements Ă  Bissardon alors qu'il n'y a aucun commerce, et aucune rĂ©flexion sur la crĂ©ation de commerces.

Je resterai lĂ  encore au moins 3 ans . Avec la rĂ©organisation le dĂ©but de ma tournĂ©e sera modifiĂ© mais pas la partie Bissardon. Je travaillerai 15 minutes en + par jour, mais pas mieux payĂ© ! Cela ce sera au dĂ©part, parce qu'une fois que tous les nouveaux immeubles seront construits dans Bissardon, le temps estimĂ© en + par jour sera de 1 heure, pas payĂ© en plus Ă©videmment.

 

Comment se passe l'avancement pour vous ? La paye ? A l''anciennetĂ©, avec une une Ă©valuation chaque annĂ©e mais l'avancement c'est plutĂ´t Ă  l'anciennetĂ©. On a une petite augmentation de salaire tous les 3 ans, dont le montant augmente au fil des ans . On peut avoir exceptionnellement des heures supps, on est un peu + payĂ©s pour les Ă©lections, et aussi quand on a beaucoup de recommandĂ©s. Finalement je pense que je n'ai jamais 2 mois de suite le mĂŞme salaire ! Ce qui est sĂ»r c'est que c'est de plus en plus dur ( c'est pas l'usine non plus quand mĂŞme ), car les tournĂ©es sont beaucoup plus longues que quand j'ai commencĂ©, tout le monde fait ce constat. 

La majoritĂ© des gens embauchĂ©s maintenant sont en CDD, et c'est difficile pour eux d'ĂŞtre titularisĂ©s, mĂŞme s'ils sont très compĂ©tents. En septembre oa fait un jour de grève, 99% du bureau de Caluire en grève ! Pour dire ce qui n'allait pas ( et particulièrement la rĂ©organisation , mais aussi la non titularisation des CDD ). On a obtenu la CDIsation de 2 collègues qui Ă©taient en CDD et la prolongation de quelques CDD , pas mal pour une journĂ©e de grève  ! Bon, ils ont lâchĂ© un peu de lest de ce cĂ´tĂ© lĂ , parce que le gros problème, c'est la rĂ©organisation.

 

Pour finir, avez vous une anecdote qui concerne Bissardon ? 

J'ai connu une dame qui est dĂ©cĂ©dĂ©e Ă  100 ans, en 2014 je crois. Elle habitait au 16 B rue de l'Oratoire, au rez de chaussĂ©e. Elle Ă©tait en pleine forme, heureuse de vivre. Elle me faisait rire, elle me jouait du piano : elle avait appris toute seule, sur le tard. Bon, je peux le dire aussi ( enfin, je regrette, c'est mĂ©chant ), parfois je l'Ă©vitais parce qu'elle me faisait perdre du temps. Elle attendait mon passage et ensuite partait faire ses courses. ( Elle ne se faisait livrer que les packs de lait et d'eau) . Elle parlait de tout, avait un avis sur tout, elle avait connu les deux guerres. Elle est morte vraiment bĂŞtement : elle donnait Ă  manger Ă  son chat sur son balcon. Un autre chat est venu pour agresser le sien. . Elle s'est interposĂ©e et s'est fait griffer la main. Ça s'est infectĂ©, elle a du partir Ă  l'hĂ´pital et malheureusement elle est morte. Quand ma femme a eu notre premier enfant, Esteban, cette dame m'a dit : « Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ? Â» Je lui ai rĂ©pondu : « Que le petit aille bien ! Â» «  Non, je veux dire : pour votre femme ! Pour lui faire un cadeau! Â» j'ai Ă©tĂ© pris au dĂ©pourvu, je lui ai dit « Elle a Ă©tĂ© privĂ©e de charcuterie pendant 9 mois, alors, un bon saucisson Â» ! Le lendemain elle m'a appelĂ© : elle avait achetĂ© un saucisson chez Vauraz , Ă  la Croix Rousse !

 

 

Nous espérons que cet article vous aura permis de mieux comprendre le métier de Mickaël, vous y penserez la prochaine fois que vous le verrez dans les rues du Clos Bissardon.