Association  de DĂ©fense du Quartier  Bissardon

Le Clos Bissardon maintenant 

Bissardon, aussi appelĂ© « le  Clos Bissardon Â» est un quartier de la ville de Caluire-et-Cuire limitrophe de la Croix Rousse et des quartiers de St-Clair, Cuire-le-Haut et Montessuy. 

 

Le dĂ©coupage du Clos Bissardon par la municipalitĂ© de Caluire-et-Cuire correspond Ă  la zone Z403 dans le dĂ©coupage de l'INSEE. En 2011, cette zone appartenant au « quartier INSEE Â» de Margnolles, Ă©tait peuplĂ©e par 2331 habitants.

 

Bissardon est un lieu de vie dynamique, oĂč la solidaritĂ© et la convivialitĂ© participent de ce fameux « esprit de village Â» qui est si souvent promu Ă  la fois par la mairie et les promoteurs.

 

La vie associative y est développée, avec 7 associations :

elles  proposent des activitĂ©s culturelles, sportives et de bien ĂȘtre : l'ARA ( Association Rencontres et ActivitĂ©s), l'association Face A Face Musical, l'AMC2 ( Association Musicale de Caluire 2), 

elles amĂ©nagent des temps de rencontre et de convivialitĂ© : l'ADQB ( Association de DĂ©fense du Quartier Bissardon), La ChaumiĂšre, et le club des retraitĂ©s de Bissardon

elles veillent Ă  la prĂ©servation de l'environnement : l'ADQB

elles agissent dans le sens du dĂ©veloppement durable : BISSAMAP , l'AMAP de Bissardon ( AMAP : Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne ) . 

Un collectif d'habitants, soutenu par l'ADQB Ɠuvre actuellement Ă  la mise en place d'un compost de quartier. 

 

Le caractĂšre « petit village Â»  du Clos Bissardon repose sur son histoire : Le quartier s'enracine en partie dans une histoire populaire avec la prĂ©sence des canuts par la construction de nombreux ateliers dus Ă  l'extension de l'activitĂ©, la Croix Rousse Ă©tant saturĂ©e. 

 

Jusque dans les annĂ©es 1980 la population est en majoritĂ© constituĂ©e d'ouvriers, employĂ©s et artisans qui trouvaient encore de l'emploi aux environs. On pouvait compter 24 locaux de commerçants et artisans. 

 

En 1980, l'Ă©largissement de la MontĂ©e de la Boucle a profondĂ©ment modifiĂ© la vie du quartier, qui s'est retrouvĂ© enclavĂ© et a perdu depuis pour ainsi dire tous ses commerces : actuellement il ne reste qu'une pharmacie, en bas de la rue Royet. 

 

Le quartier a Ă©voluĂ© : sa population est de plus en plus jeune et la classe moyenne supĂ©rieure s'y est dĂ©veloppĂ©e. Pourtant le sentiment d'ĂȘtre dans un « petit village Â» perdure et l'histoire est prĂ©sente, ne serait ce qu'au niveau des constructions : les anciens immeubles de canuts et les maisons aux jardins suspendus de la partie « historique Â» qui ont valu au Clos Bissardon le surnom de « Petit Montmartre Lyonnais Â». 

 

Mais pour combien de temps encore ? Les projets immobiliers s'accumulent , bĂ©tonent le quartier en supprimant les arbres et les espaces vĂ©gĂ©talisĂ©s. En l'absence d'un plan global de densification rĂ©flĂ©chie et concertĂ©e , les habitants ne peuvent que subir et s'inquiĂ©ter sur l'avenir du quartier.  En l'absence des Ă©quipements nĂ©cessaires ( Ă©coles dĂ©jĂ  saturĂ©es, commerces inexistants, transports en commun Ă©loignĂ©s,), avec l'augmentation inĂ©vitable Ă  court terme de la circulation, du bruit, de la pollution, ils ont bien conscience que leur qualitĂ© de vie va ĂȘtre durement atteinte 
 les futurs habitants , eux, ne le savent pas forcĂ©ment aquand ils s'engagent sur l'achat d'un logement Ă  Bissardon... 

En couleurs ci dessus, les projets immobiliers ....... du moins ceux dont nous sommes informĂ©s ...........